• Au coeur du vignoble médocain

  • La maison d'hôtes

  • La bambouseraie

  • Le parc

  • Le verger et la piscine

  • La table d'hôtes

  • Le salon rouge

  • Cueillette

  • Les vieux rosiers

  • Couleurs d'automne

  
Bienvenue au Château Le Souley !
 
JP & Chris vous accueillent dans leur demeure familiale au coeur du Médoc ;
construit en 1616 cet ancien château viticole a été rénové à la fin du siècle dernier, transformé en chambres d'hôtes en 2000 et héberge depuis des visiteurs de tous horizons.
 
Nous nous ferons un plaisir de vous orienter et de vous conseiller durant votre séjour :
patrimoine à découvrir, randonnées pédestres, balades à vélos, gastronomie locale et bien sûr visite et dégustation de crus prestigieux, de crus bourgeois ou artisan.
 
 

Découvrir la propriété

La maison d'hôtes, le jardin, le verger et la piscine

Offrir un séjour

Un cadeau d'anniversaire, de mariage, un week end en amoureux ?

Apprécier le Médoc

Maisons du vin et du tourime, restaurants et châteaux viticoles

Réserver

pour organiser votre séjour, des dégustations, comment ca marche ?

Responsable de la publication du site
Chris CHIAMA
Château le Souley
33180 Vertheuil
tél. : 05 56 41 98 76


Informations CNIL

La loi n° 2018-493 du 20 juin 2018, promulguée le 21 juin 2018, a modifié la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 afin d’exercer certaines des « marges de manœuvre nationales » autorisées par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et de transposer en droit français la Directive « police-justice ». Elle a également modifié certaines dispositions de la loi Informatique et Libertés pour les rapprocher de la lettre du RGPD.

Comme la CNIL l’avait relevé dans son avis sur le projet de loi, la bonne compréhension du cadre juridique suppose de lire de manière combinée le RGPD et la loi du 6 janvier 1978 ainsi « consolidée ». En effet :

Certaines des dispositions de la loi du 6 janvier 1978, formellement inchangées, ne sont en réalité plus applicables dans le champ du RGPD, qui s’y substitue (par exemple : conditions de licéité des traitements, droit à l’information, etc.)  

La loi du 6 janvier 1978 n’est pas complète puisqu’elle ne mentionne pas tous les nouveaux droits ou obligations posés par le RGPD, pourtant également applicables (exemple : droit à la portabilité, obligation de réaliser des analyses d’impact, etc.).

Une ordonnance de réécriture complète de la loi « Informatique et Libertés » est prévue, dans un délai de six mois, afin de répondre à ces trois enjeux de lisibilité du cadre juridique.

> En savoir plus sur l'entrée en vigueur de la nouvelle loi Informatique et Libertés

 

Hébergement
L'hébergement du site est assuré par OVH
Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France

La loi n° 2018-493 du 20 juin 2018, promulguée le 21 juin 2018, a modifié la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 afin d’exercer certaines des « marges de manœuvre nationales » autorisées par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et de transposer en droit français la Directive « police-justice ». Elle a également modifié certaines dispositions de la loi Informatique et Libertés pour les rapprocher de la lettre du RGPD.

Comme la CNIL l’avait relevé dans son avis sur le projet de loi, la bonne compréhension du cadre juridique suppose de lire de manière combinée le RGPD et la loi du 6 janvier 1978 ainsi « consolidée ». En effet :

  1. Certaines des dispositions de la loi du 6 janvier 1978, formellement inchangées, ne sont en réalité plus applicables dans le champ du RGPD, qui s’y substitue (par exemple : conditions de licéité des traitements, droit à l’information, etc.)  
  2. La loi du 6 janvier 1978 n’est pas complète puisqu’elle ne mentionne pas tous les nouveaux droits ou obligations posés par le RGPD, pourtant également applicables (exemple : droit à la portabilité, obligation de réaliser des analyses d’impact, etc.).
  3. Elle s’applique de manière différenciée dans les territoires d’outre-mer.

> En savoir plus sur l’application de la loi informatique et libertés dans les territoires d’outre-mer

Une ordonnance de réécriture complète de la loi « Informatique et Libertés » est prévue, dans un délai de six mois, afin de répondre à ces trois enjeux de lisibilité du cadre juridique.

>En savoir plus sur l'entrée en vigueur de la nouvelle loi Informatique et Libertés